Rechercher
  • calabresejean

Alexandre de Zordi : du vin à la bière


Alexandre de Zordi est un Comtadin pur jus, qui a fait ses études au lycée agricole de Carpentras-Serres et qui, une fois son BTS commerce vins et spiritueux en poche, a décroché un stage de formation au syndicat des Côtes du Ventoux avant d’y être été embauché à la fin de son cursus. C’était en juin 2000 et il avait 20 ans. Quinze ans plus tard, l’envie d’autre chose l’a saisi. Et lui qui avait baigné jusque-là dans le monde du vin décide alors de faire de la bière !

« En tant que responsable com au syndicat de l’AOP Ventoux, j’avais le sentiment d’avoir fait un peu le tour de la question et j’ai négocié pour monter ma propre structure pour diversifier mes activités ». Son activité professionnelle bien calée, il démarre sa micro brasserie en parallèle. Une suite logique pour lui qui avait commencé depuis 2010 à brasser dans son garage pour sa consommation personnelle et qui sentait ce hobby se muer en passion.

Ce goût de la bière, dit-il, lui vient du goût du vin : « J’ai découvert qu’il y avait aussi dans la bière des palettes aromatiques et des accords aussi larges que dans le vin ». Même si on ne travaille pas du tout sur la même matière. Ici, pas de notion de terroir ni de cépages mais juste de l’orge : « C’est vraiment le travail du brasseur qui fait la différence ».

Quand il commence, il s’installe à la cave de Mazan où Philippe Sauzade, le directeur, lui offre un peu d’espace. « Je faisais 100 litres par semaine, soit environ 300 bouteilles. C’était microscopique ». Puis, progressivement, les ventes se sont emballées. A tel point qu’il a dû déménager en avril dernier dans un local plus grand à Carpentras. « Je fais aujourd’hui entre 8 et 12 hl par semaine, de quoi sortir grosse modo 400 hectos à l’année et je ne couvre pas ma demande ». Le tout est écoulé en grande majorité dans le réseau de la restauration où l’on apprécie particulièrement ces bières qui renvoient l’image du Mont Ventoux.


Car Alexandre de Zordi a senti le filon, celui de la légende véhiculée par le Géant de Provence… Lui sait bien qu’il ne suffit pas de faire de la bière, il faut aussi la vendre. Alors, notre néo-brasseur provençal a imaginé une gamme qui fait référence aux toponymes montagneux de la région : Altitude 1912 Le Sommet, bière blonde, c’est le produit phare (50 % de la production) ; Altitude 1050 Le Ventouret, l’incontournable bière blanche ; Altitude 1450 Tête de Chauve, spécialité à la fraise de Carpentras qu’on ne peut éviter ; Altitude 1575 Le Col de la Frâche, une blonde plus corsée ; Altitude 1850 Le Col des Tempêtes, l’ambrée. « C’est moi qui brasse, qui embouteille, qui étiquette… je fais tout ici » souligne le brasseur carpentrassien. C’est pourquoi en janvier 2018 il a décidé de déléguer la distribution de ses bières à la société Rhône Rive Gauche, filiale de la cave Saint-Marc à Caromb, dont le directeur, Stephan Constant-Reymond, partage l’ambition d’Alexandre : produire une bière locale avec des ingrédients locaux chaque fois que c’est possible. « Pour moi, le côté artisanal, c’est le choix des matières premières. J’aimerais qu’à terme, en 2025, tout l’approvisionnement en céréales se fasse localement. En bio bien entendu ».


Brasserie Artisanale Du Mont Ventoux / 06 83 84 30 64 / facebook/brasserieventoux

50 vues0 commentaire